Accueil Rencontre, Discussion

Rencontre, Discussion

Rencontrez les Auteurs, les Editeurs, les Créateurs
Un petit monde, un monde parfait

Un petit monde, un monde parfait

 

Vendredi 22 juin 2018  à 18 h 30

 

Marco Martella et Frédéric Brun

 

Frédéric Brun est l’auteur de trois romans publiés chez Stock : Perla (2007), prix Goncourt du premier roman, Le Roman de Jean (2008) et Une prière pour Nacha (2010), prix de l’association Écritures et Spiritualités. Son quatrième livre, Novalis et l’âme poétique du monde, qui paraît en 2015, témoigne de son intérêt pour le romantisme allemand – mais aussi pour le métier d’éditeur, car cet essai biographique est le premier livre publié par la maison qu’il fonde alors, les éditions Poesis. 

 

Marco Martella est jardinier, membre de l’Institut européen des jardins et paysages, et écrivain. En 2009, il a créé la revue Jardins, publication qui se propose d’explorer la notion de jardin sous un angle existentiel, philosophique et poétique. Il est également le traducteur (ou l’auteur ?…) d’un essai sur l’art des jardins, Le Jardin perdu (sous la signature de Jorn de Précy, éditions Actes Sud, 2011), et d’un récit fait par un jeune poète fuyant Sarajevo et découvrant des jardins secrets et méconnus, Jardins en temps de guerre (sous la signature de Teodor Cerić, Actes Sud, 2014).
    En 2018, aux éditions Poesis, Marco Martella publie Un petit monde, un monde parfait. « Au fil des pages, on se promène dans des jardins célèbres […], mais aussi dans des enclos verdoyants plus intimistes et cachés. Par l’évocation de ces lieux et de poètes qui, comme Philippe Jaccottet, Chateaubriand, Hermann Hesse ou Vita Sackville-West, ont exploré la question du paysage et le rapport entre la poésie et la nature, cet ouvrage propose une réflexion sur la place que le jardin occupe dans la modernité. » (Quatrième de couverture.)

 

Créées au printemps 2015, les éditions POESIS publient des écrivains qui se sont efforcés de vivre poétiquement, c’est-à-dire de penser ou d’incarner la possibilité d’une relation poétique avec le monde. En même temps que Novalis et l'âme poétique du monde, les éditions Poesis faisaient paraître en 2015 un florilège de textes de Novalis : Poésie, réel absolu, fragments traduits par Laurent Margantin. En 2016 est paru Habiter poétiquement le monde : anthologie manifeste. Ce volume, qui nous rappelle que les poètes ont lié l’esprit de poésie au souci de la nature, voire à un désir d’écologie, réunit des extraits de plus d’une centaine de poètes et de prosateurs, qui vont d’Hölderlin à Pierre Rabhi. Et en cette année 2018, en même temps que l’essai de Marco Martella, les éditions Poesis publient un petit livre de Christian Bobin : Le Plâtrier siffleur.

POEMA / Marie Huot et Christophe Manon

POEMA / Marie Huot et Christophe Manon

Samedi 2 juin 2018  à  18 h 30

 

Marie Huot 

et 

Christophe Manon

 

Marie Huot, fidèle à l’idée que ses livres sont des boîtes pour les voix perdues, des refuges contre l’oubli, est l’auteur d’une vingtaine de recueils de poèmes, parus chez différents éditeurs. Les deux plus récents sont Osselets & mots sur la table (éditions Jacques Brémond, 2014) et Ma maison de Geronimo (éditions Al Manar, 2017).

Christophe Manon a publié une vingtaine de livres, s’efforçant de situer son écriture au point de convergence de la pensée, de la lutte politique et du chant. Sont parus dernièrement un roman, Extrêmes et lumineux (éditions Verdier, 2015), et trois livres de poésie : Au nord du futur (éditions Nous, 2016), Jours redoutables (les Inaperçus, 2017), Vie & opinions de Gottfried Gröll (Dernier Télégramme, 2017).

*

POEMA, festival conventionné par la Région Grand Est, est soutenu par le Centre national du Livre, la DRAC Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, la Direction interrégionale des Services pénitentiaires, les Conseils départementaux de Meurthe-et-Moselle, de Meuse et des Vosges, la Ville de Nancy, la Ville de Metz, la Sofia-Action culturelle, le Crédit Mutuel Enseignant. Une demande d’aide financière a été déposée auprès de la fondation Jan Michalski (Suisse).

Équipe de coordination : Sandrine Gironde et Franck Doyen.

POEMA / Anne Kawala et Jean-Louis Giovannoni

POEMA / Anne Kawala et Jean-Louis Giovannoni

Vendredi 1er juin 2018  à  18 h 30

Anne Kawala 

et 

Jean-Louis Giovannoni

________

Anne Kawala a publié plusieurs récits et recueils de poèmes, chez divers éditeurs : Le cow-boy et le poète (chevauchépris) : partition pour deux interprètes (éditions de l’Attente, 2011) ; Part & (éditions Joca seria) ; Le déficit indispensable : screwball (éditions Al Dante, 2016) ; Au cœur du cœur de l’écrin (éditions LansKine, 2017)… Formée aux Beaux-Arts, Anne Kawala procède par montage, mêle différentes langues et joue sur les typographies. Dans ses performances, elle associe la parole, les gestes chorégraphiés et les arts visuels.

Jean-Louis Giovannoni écrit des livres de poésie et des récits. Derniers titres parus : Issue de retour (poèmes, éditions Unes, 2013) ; Sous le seuil : récit (éditions Unes, 2016) ; et la réédition de ses deux premiers recueils, augmentés de textes inédits : Les mots sont des vêtements endormis (éditions Unes, 2014), Garder le mort (éditions Unes, 2017). Jean-Louis Giovannoni a exercé le métier d’assistant social pendant près de quarante ans. L’évocation minutieuse du réel et le sens du détail coexistent chez lui avec un goût irrépressible pour le dérapage.

POEMA / Pierre Soletti

POEMA / Pierre Soletti

L’ Autre Rive, en partenariat avec le festival POEMA, et dans le cadre des « périphéries » du Marché de la Poésie, vous propose de rencontrer :

 

Vendredi 1er juin 2018  à  14 h 30

Pierre Soletti

pour une lecture-spectacle destinée aux enfants
dans notre rayon jeunesse

Pierre Soletti est l’auteur d’un grand nombre de recueils de poèmes, parus chez différents éditeurs : J’aime (Motus, 2013) ; Le silence, ses rebords (la Passe du Vent, 2017) ; Je dirais que j’ai raté le train (les Carnets du Dessert de Lune, 2012) ; Auguste ne sait plus grand-chose du monde (Écrits des Forges, 2017) ; Poste restante (Maelström, 2015) ; Je travaille pas (Centre de Créations pour l’enfance de Tinqueux, 2015) ; Il n’est pas nécessaire (Color Gang, 2018)… Pierre Soletti dirige, pour le Centre de Créations pour l’enfance de Tinqueux, la collection « Petit VA! ». Comme l’indique son surnom de « poète agité », il développe une poésie animée, fondée sur la fausse naïveté et les surprises langagières, et malmenant la langue. Il n’hésite pas à juxtaposer des mots, des dessins et des collages graphiques.

___

Soirée Geneviève Brisac

Soirée Geneviève Brisac

La librairie l’Autre Rive vous invite à rencontrer

 

Geneviève Brisac

mardi 29 mai 2018

à 18 h 30

 

pour son livre Le Chagrin d’aimer

paru aux éditions Grasset.

 Elle s’entretiendra avec Matthieu Rémy.

 

« […] Je suis donc partie sur les traces d’une petite fille grecque et arménienne et de sa mère, danseuse orientale et apatride, à Paris dans les années 20.

« Ma mère ne voulait rien savoir de son passé. Il a fallu que j’enquête et que je l’invente. Que je trouve les mots pour la retrouver. C’est ce livre, Le chagrin d’aimer.

« Je suis passée par la cour du roi de Grèce et par les collines de Fiesole. Par un atelier d’écriture, une maison de retraite, plusieurs voitures, un supermarché, des quantités de paquets de gauloises, une machine à écrire. Autant de circonstances, par-delà les guerres, les destructions, les irrémédiables pertes, où ma mère se battait avec ce qui fait la vie ordinaire : la nourriture, l’argent, le travail, l’amour. »  

(Geneviève Brisac, quatrième de
couverture du Chagrin d’aimer.)


      La venue de Geneviève Brisac à l’Autre Rive aura lieu juste après la clôture du colloque international « Ce que Mai 68 a fait à la littérature », dirigé par Matthieu Rémy et Nelly Wolf, et organisé les 28 et 29 mai 2018 à l’université de Lorraine (site de Nancy, campus Lettres et Sciences humaines). Geneviève Brisac y aura fait une communication sur Christiane Rochefort.

Dédicaces jeunesse

Dédicaces jeunesse

 

La librairie l’Autre Rive accueille

Marion Duval et Laurent Moreau

samedi 26 mai 2018

à partir de 15 h

qui dédicaceront à vos enfants leurs nouveaux albums.

 

 Marion Duval vient de publier Toi-même, aux éditions Albin Michel.

Louison et Adèle sont jumelles. Dans l’eau, elles sont deux petits poissons rouges parfaitement synchronisés. Mais ce jour-là, alors qu’elles attendent ensemble leurs parents devant la piscine, Louison décide de prendre le large, de rentrer à pied, pour voir un peu laquelle sera la première arrivée. L’une part, l’autre reste, et leur dispute précède de quelques minutes un orage d’été… L’aventure, au fond, ce n’est pas tant de rentrer à pied, que d’être séparées.

 


 

 Laurent Moreau a fait paraître Jouer dehors, aux éditions Hélium.

Deux enfants turbulents sont invités par leur mère à aller « jouer dehors ». Laurent Moreau les embarque alors dans un tour du monde, réel ou rêvé, qui leur fait traverser quatorze paysages époustouflants : le bord de mer, la campagne, la montagne, le désert, la jungle… Chemin faisant, les petits aventuriers croisent près de 250 animaux. Les dernières pages comportent un index des animaux à chercher dans le livre, qui indique aussi quel est le niveau de vulnérabilité de chaque espèce.

Soirée Dutilleux

Soirée Dutilleux

Vendredi 11 mai à 18h30

Jean de Spengler

 

viendra présenter le livre auquel il a contribué : Henri Dutilleux, un compositeur à La Sage, paru en janvier aux éditions Slatkine.

 

Jean de Spengler, qui a longtemps été violoncelliste solo à l’orchestre symphonique et lyrique de Nancy, est actuellement responsable artistique de l’Ensemble Stanislas. Il s’entretiendra avec Yves Gueniffey, membre de l’association Des’lices d’Opéra.

 

Le compositeur Henri Dutilleux et son épouse, la pianiste Geneviève Joy, ont séjourné régulièrement dans le village valaisan de La Sage, dans les Alpes suisses, entre 1952 et 2008. Une atmosphère chaleureuse et créative régnait autour d’eux. Leurs proches amis s’en souviennent : la vie simple en chalet, les répétitions passionnées au carnotzet (caveau), les soirées chez Marie des Collines, la visite éclair du chef d’orchestre George Szell, les concerts à l’église en été. Dans ce lieu privilégié, Henri Dutilleux retrouvait en hiver la solitude et le silence qui l’ont inspiré, notamment pour Timbres, espace, mouvement et pour Mystère de l’instant.  (Présentation de l’éditeur.)

Les textes qui composent ce volume ont été écrits par Alexis Galpérine, violoniste, Danielle de Spengler, musicienne, Francine Walter Laudenbach, comédienne et metteur en scène, Jean de Spengler, violoncelliste, Jean-Michel Quinodoz, médecin et psychanalyste. Le livre est préfacé par Pierre Gervasoni, musicologue et critique au Monde.

Soirée Perros

Soirée Perros

Samedi 5 mai 2018, à 18 h 30,

rencontre avec

Thierry Gillybœuf

pour

Georges Perros

Œuvres

 

 Ce volume de la collection Quarto contient toute l’œuvre de Georges Perros (Papiers collés, Poèmes bleus, Une vie ordinaire, Papiers collés II, Échancrures, L’Ardoise magique et Papiers collés III), à laquelle s’ajoutent de nombreux textes inédits et la plupart des dessins de l’auteur. Édition établie et présentée par Thierry Gillybœuf. (1600 pages.)
  Attiré par la scène et l’envers du décor, Perros eut comme première vocation le théâtre – une déception. Restent la force des mots, le phrasé. Glissement de l’oral à l’écrit. Sans revenus fixes, il assuma son dénuement volontaire, acharné à noircir ses petits carnets, ses agendas, seulement riche d’une moto. […] Gérard Philipe le recommande à Jean Vilar. Son métier ? Lecteur pour le T.N .P. Vilar s’est-il amusé autant que nous à lire ses comptes rendus ? Ils tiennent en peu de mots : l’intrigue, la meilleure réplique, son jugement. Pas de bavardage, ni de laconisme, c’est impitoyablement drôle – l’élégance de l’humour assassin. Georges Poulot (1923-1978) devient Georges Perros, l’homme inclassable de la littérature, le lecteur insatiable, le critique avisé, le touche-à-tout. Sa rencontre avec Jean Grenier amorce un tournant. Il consent à lui montrer quelques textes. Grenier les aime, s’empresse de les donner à lire à Paulhan, la N.R.F. les publie. Le ton est donné, la pensée entière, vive, l’écriture acérée et précise. […] Et lorsque le verbe le fuit, il dessine, peint, pour retrouver la seule écriture qui vaille : celle du quotidien, ces instants sans importance, l’anecdotique, où se niche l’essentielle vérité. (Présentation de l’éditeur.)

 

Thierry Gillybœuf se consacre depuis longtemps, comme préfacier et comme essayiste, à l’œuvre de Georges Perros. Parallèlement, il traduit : Italo Svevo, Khalil Gibran, Melville, Kipling, Cummings… et surtout Henry David Thoreau, dont il s’emploie à offrir au public français l’œuvre complète. En 2012, Thierry Gillybœuf a publié une biographie : Henry David Thoreau, le célibataire de la nature (aux éditions Fayard).

Soirée Mandelstam

Soirée Mandelstam

Mercredi 25 avril 2018  à 18 h 30

 

Rencontre avec le traducteur
Jean-Claude Schneider

 

et l’éditeur du Bruit du Temps
Antoine Jaccottet

pour les Œuvres complètes d’Ossip Mandelstam

 

Mandelstam.jpg

(deux volumes reliés avec jaquette, en coffret, parus en mars 2018, coédités par LE BRUIT DU TEMPS et LA DOGANA ; les poèmes sont présentés en édition bilingue).
 
Ces volumes rassemblent pour la première fois, à la seule exception de la correspondance du poète, l’intégralité de l’œuvre, entièrement traduite par Jean-Claude Schneider, éminent poète et traducteur, auquel Paul Celan lui-même avait en quelque sorte passé le flambeau en lui offrant en 1966 sa propre version de quelques poèmes de Mandelstam.
Avec ces deux volumes, le lecteur français pourra enfin circuler aisément entre les recueils de poèmes dont les titres lui sont peut-être familiers — La Pierre, Tristia, Les Cahiers de Voronej —, les récits en prose — Le Bruit du temps, Le Timbre égyptien, Le Voyage en Arménie — et les essais, notamment ses grands textes sur la poésie, dont le plus célèbre est le magistral Entretien sur Dante.
L’indispensable appareil critique, aussi discret que possible (notes, chronologie, bibliographie), est dû à Anastasia de La Fortelle, qui enseigne la littérature et la langue russe à l’université de Lausanne. Il parachève cette édition, dont chaque tome est préfacé par le traducteur.
 
 
 
« Mandelstam : rarement j’ai eu, comme avec sa poésie, le sentiment de cheminer — de cheminer aux côtés de l’irréfutable et du vrai, et ce, grâce à lui. » (Paul Celan, 1960.)
 
 
 
 
(Coffret de deux volumes, 1500 pages, 59 €.)
Gilles Bachelet

Gilles Bachelet

Rencontre exceptionnelle

avec


Gilles Bachelet


samedi 21 avril 2018

 

 

Signature de 16 h à 18 h.

Discussion et débat de 18 h 30 à 20 h.

 

Il a exposé le quotidien de son chat (un chat particulièrement encombrant) dans Mon chat le plus bête du monde, parlé des servitudes de la condition féminine dans Madame le Lapin Blanc, fait de la procrastination un art de vivre dans le Chevalier de Ventre-à-Terre, et il vient de célébrer les tâches ménagères – oh pardon : les bonheurs de la vie de famille – dans Une histoire d’amour, album qui démontre combien la forme peut être indissociable du fond…

Gilles Bachelet, auteur-illustrateur, a déjà réalisé certains des albums les plus drôles du siècle, et il n’a pas dit son dernier mot.

 

Après une séance de dédicaces, qui aura lieu dans notre rayon jeunesse entre 16 h et 18 h, Gilles Bachelet reviendra à 18 h 30 pour s’asseoir à la table des Rencontres de l’Autre Rive et nous parler de sa conception de l’album pour enfants, de son travail de dessinateur et de coloriste, et de ses méthodes d’écriture.

Richard Rognet

Richard Rognet

vendredi 6 avril 2018

à 18 h 30

 

pour son nouveau livre de poèmes : Les Frôlements infinis du monde.

 

 

Richard Rognet revient après quatre ans d’absence et nous offre, avec ces Frôlements infinis du monde, des poèmes écrits entre 2013 et 2016. L’immensité du monde s’est concentrée dans une maison vosgienne et dans un jardin de fleurs. Après les beaux poèmes qui étaient consacrés à sa mère dans le livre précédent (« Elle était là quand on rentrait »), et qui avaient accompagné une douloureuse période de deuil, Richard Rognet a renoué avec la vie, avec le monde, tandis qu’un amour d’automne s’est glissé auprès de lui : « ultime amour / auquel tu dois d’être vivant ». Son poème va droit au lecteur, pour le toucher d’un vol fervent et mélodieux, ou parfois d’une aile cinglante et brusque. Richard Rognet se redécouvre immergé dans un poème infini, qui nous surprend encore.

 

Homère à la

Homère à la "Tournée des Libraires"

Pour finir en beauté votre tournée des libraires, venez à l’Autre Rive assister à un entretien avec

 

Pierre Judet de La Combe

samedi 24 mars 2018

à 18 h 30

 

Pierre Judet de La Combe, helléniste, directeur d’études à l’EHESS, a publié des traductions d’Hésiode, d’Eschyle, d’Aristophane et d’Euripide. Comme scientifique et comme essayiste, il a publié en 2010, aux éditions Bayard, Les Tragédies grecques sont-elles tragiques ? et, en 2016, chez Albin Michel, L’Avenir des anciens : oser lire les Grecs et les Latins.

 

« Qui est Homère ? A-t-il seulement existé ? Il y a ses poèmes, l’Iliade et l’Odyssée, composés sous une première forme en Grèce d’Asie Mineure au VIIIe siècle avant J.-C. Mais lui ? Les Anciens, qui croyaient en son existence, ont multiplié les récits sur sa vie, sa naissance (de père inconnu, ou est-ce un fleuve, ou Apollon ?), son apprentissage, sa cécité, ses voyages, sa gloire et aussi ses faiblesses : il meurt de ne pas avoir su résoudre une énigme enfantine qui portait sur des poux. Un mythe s’est créé, très tôt, étonnant, enjoué et magnifique. Le livre en suit les lignes, en partant de l’idée que ce mythe qui parle d’un artiste sans patrie, mutilé mais créateur de merveilles, comme le dieu Héphaïstos, nous en apprend beaucoup sur le choc poétique et religieux qu’a provoqué l’apparition des poèmes homériques. Non pas un auteur, mais un événement révolutionnaire. » P. Judet de La Combe, Homère, paru directement au format de poche, dans la collection Folio-Biographies, éditions Gallimard.

 

 

 La Tournée des Libraires, c’est une série d’animations, de rencontres et de dédicaces qui se déroulent le même jour dans toutes les librairies de la ville.

 tournée_des_libraires.jpg

 

 

 

 

POEMA

POEMA

L’ Autre Rive, partenaire du festival POEMA, accueille

 

J e a n - M a r c  B o u r g

fondateur et directeur des éditions Faï fioc,

 

Éric Sautou  et  James Sacré

poètes

________

jeudi 22 mars 2018  à  18 h 30

________

Créées en 2014 par Jean-Marc Bourg à Montpellier, aujourd’hui installées en Lorraine, les éditions Faï fioc publient de la poésie contemporaine. Parallèlement aux livres de la collection courante, paraissent les Cahiers, collection de poèmes uniques (et inédits). Des livres d’artiste, ou livres peints, sont également réalisés (peintures sur papier et composition typographique au plomb). Visitez leur site en suivant ce lien :

www.editions-faifioc.fr/

 

Eric.Sautou.jpg« … une poésie si peu intentionnelle qu’il semble laisser aux mots l’initiative d’apparaître » (Ariane Dreyfus) : Éric Sautou est l’auteur d’une douzaine de livres. Les plus récents : Une infinie précaution (Flammarion, 2016) ; À son défunt (Faï fioc, 2017).

James Sacré a publié récemment, aux éditions Faï fioc, Cappuccino brioche au Belvedere Bar à Montalcino (les Cahiers) et Écrire pour t’aimer ; à S.B. (précédemment paru en 1984 chez André Dimanche), suivi d’un texte inédit : S.B. hors du temps. james.sacré.jpgLa collection Poésie/Gallimard a publié en 2016 Figures qui bougent un peu et autres poèmes. Antoine Emaz a écrit à son sujet : « Aucune illusion chez Sacré, mais dans sa boulange, son geste d’“écrire des mots dans l’ombre claire du temps”, un apaisement, oui. »

 

Rencontre avec LAURENCE NOBECOURT

Rencontre avec LAURENCE NOBECOURT

 

Rencontre avec

Laurence Nobécourt

jeudi 1er mars 2018

à 18 h 30

pour son livre

Vivant Jardin, suivi du Poème perdu (éditions du Cerf, 2018).

 

« Je raconte à Aru mon histoire avec Yazuki. Tous ces hivers où nous avons passé des heures en silence près du poêle ensemble à attendre que des mots viennent, peut-être poétiques, peut-être pas, une pauvreté de jours qui nous laissait aussi neutres qu’un verre d’eau tiède. Des hivers âpres et rugueux dans lesquels s’est enraciné notre désir commun du poème perdu. » (Vivant Jardin, p. 32-33.)

Yazuki est un poète japonais dont L. Nobécourt a cité les vers dans plusieurs de ses livres précédents, avant de révéler, dans La Vie spirituelle, qu’elle avait inventé et le poète et les poèmes qu’elle lui prêtait. L. Nobécourt se sert de ce nom dans Vivant Jardin pour désigner la part d’elle-même qui écrit en poète. Quant à Aru, c’est le nom donné, dans ce livre, au nouvel amour.

 

Lorette Nobécourt a commencé par écrire des romans, qui furent principalement publiés aux éditions Grasset (Horsita, En nous la vie des morts, Grâce leur soit rendue…), puis un récit de voyage : Patagonie intérieure (Grasset, 2013). Plus tard, elle donne libre cours à une voix intérieure qui la pousse vers le lyrisme, vers un certain mysticisme, et publie en 2013 une vie d’Hildegarde de Bingen : La Clôture des merveilles (Grasset). En 2016, elle a repris possession de son prénom de naissance. Publiant désormais sous le nom de Laurence Nobécourt, mêlant la prose et le poème, elle dévoile ses secrets familiaux et explore ses failles intimes. Elle s’explique dans Lorette et s’expose dans La Vie spirituelle (Grasset, 2016 et 2017). Vivant Jardin, accueilli par les éditions du Cerf, est un livre incandescent. Empruntant au langage des mystiques de l’Occident et de l’Extrême-Orient, Laurence Nobécourt y parle d’apaisement, d’amour et d’écriture. Ce traité, écrit sous forme de fragments, débouche sur les vers libres de Poème perdu.

Souvenirs entomologiques d'une dessinatrice

Souvenirs entomologiques d'une dessinatrice

 

Sylvie Bessard

 

Samedi 20 janvier 2018

à partir de 15 h

 

pour une séance de dédicaces qui s’adresse aux enfants, et à tous les amateurs de ces drames minuscules et fascinants qui se jouent dans le huis-clos d’un jardin.

 

 

Bestioles, récemment paru aux éditions Milan, associe plusieurs récits de Jean-Henri Fabre, tirés de ses Souvenirs entomologiques (1879-1907), à des images réalisées par Sylvie Bessard dans le but de mettre ce grand texte à la portée des jeunes lecteurs. Non seulement le dessin illustre le texte, mais il s’y incorpore, le décompose en séquences et parfois, comme dans une bande dessinée, se substitue à lui, sans jamais le trahir. Sylvie Bessard fait alterner les dessins au trait (qui lui permettent de décomposer une action) et les images en couleurs (qui, en bichromie ou en trichromie, présentent un enchevêtrement d’actions simultanées). Par ce moyen, ainsi que par diverses trouvailles de mise en scène graphique qui relancent notre curiosité à chaque double page, Sylvie Bessard accompagne les étonnements et les émerveillements de Jean-Henri Fabre et nous aide à comprendre sa méthode scientifique. Et, ce qui ne gâte rien, nous reconnaissons dans ses images la ferveur d’une passion authentique pour la vie des insectes.

 

 

Sylvie Bessard et Jean-Henri Fabre, Bestioles : Bousier glouton, mante religieuse assassine, fourmi ravisseuse et autres souvenirs entomologiques. Éditions Milan, 33 x 27 cm, 76 pages. 19,90 €.

 

Rencontre à propos d'Emma Goldman

Rencontre à propos d'Emma Goldman

La librairie l'Autre Rive

vous invite à une rencontre avec

 Etienne Lesourd

pour sa traduction de

 L’Agonie de la Révolution

Mes deux années en Russie (1920-1921) 

Editions Les nuits rouges

 

d’EMMA GOLDMAN

                                             

Jeudi 18 janvier 2018

à 18h30

 

  Expulsée des Etats-Unis fin 1919 en compagnie d’Alexandre Berkman, Emma Goldman, anarchiste déjà célèbre, débarque en Russie où elle espère prendre sa part dans la construction d’une société nouvelle.

Parlant russe et jouissant d’une certaine liberté de circulation, elle peut voir sans intermédiaires ce que la plupart des autres visiteurs de l’époque ne voient pas, ne peuvent pas ou ne veulent pas voir. Mais petit à petit, son enthousiasme va céder la place au scepticisme puis à la désillusion : les signes de corruption du nouveau régime, qu’elle découvre tout au long de ses voyages dans le pays, et les rencontres avec les dirigeants et militants du parti au pouvoir achèvent de la convaincre. Elle assiste à la mise en place de la dictature sur le prolétariat, de tout un système qui allait très vite devenir le totalitarisme stalinien, à l’exception du culte de la personnalité, dont Lénine ne voulait pas pour lui.

Ce livre dépeint les gens qu’elle croise pendant ces deux années : partisans du régime, opposants, anarchistes, mencheviks, juifs persécutés. Il apporte aussi l’un des premiers témoignages directs sur deux moments essentiels de la période : la Makhnovtchina et la Commune de Cronstadt.

 

Rencontre avec Isabelle Garron et Yves di Manno

Rencontre avec Isabelle Garron et Yves di Manno

La librairie l'Autre Rive vous invite

à une rencontre et à un dialogue avec

   Yves di Manno
(poète, écrivain, directeur de la collection Poésie chez Flammarion)
  et Isabelle Garron
 (auteur et poète)
    
jeudi 9 novembre 2017 à 18h30
 à propos de leur anthologie


UN NOUVEAU MONDE
Poèsies en France 1960-2010
   

                                                                  
Un nouveau monde propose pour la première fois un large panorama des écritures de poésie en France depuis 1960, tenant compte de leurs différences et de leur remarquable diversité. Conçu en premier lieu comme une anthologie regroupant plus d’une centaine d’auteurs (sur trois générations), l'ouvrage offre aussi un récit chronologique accompagné de notices détaillées retraçant les moments forts de cette histoire demeurée pour une grande part invisible. La poésie a profondément changé de registre, durant la seconde moitié du XXè siècle. Première synthèse jamais tentée sur le sujet, sous l'angle d’une articulation entre ce qui a eu lieu et ce qui advient, ce volume veut en témoigner à sa manière et procurer au lecteur, outre le plaisir de la découverte, les outils lui permettant de traverser à sa guise ce vaste continent.

Les auteurs majeurs de la période – Roubaud, Tortel, Gaspar, Stéfan, Rossi, Noël, Bénézet, Hocquard, Venaille, Fourcade…- côtoient ici des figures plus discrètes : Collobert, Messagier, Bailly, Cholodenko, Savitzkaya, Ch’Vavar (et bien d’autres). Ainsi de Denis Roche à Philippe Beck, d’Anne-Marie Albiach à Ariane Dreyfus, en passant par Michelle Grangaud et Fabienne Courtade (car un nombre important de femmes apparaissent au fil des pages), c’est un récit inédit et projectif de la poésie contemporaine et de ses communautés plurielles que ce livre met à jour.



Librairie l'Autre Rive 19, rue du Pont-Mouja  54 000 Nancy
 03.83.30.63.29
Nos horaires : lundi 14h-19h  et  mardi-samedi 9h30-19h
librairie-lautrerive.com

Périphérie du Marché de la Poésie

Périphérie du Marché de la Poésie

vendredi 19 mai 2017 à 18 h 30

Laura Vazquez et Jacques Ancet

________

Dans le cadre du festival POEMA et des « périphéries » du Marché de la Poésie, nous ferons dialoguer Laura Vazquez (auteur de La Main de la main, aux éditions Cheyne, et de Oui, aux éditions Plaine Page) et Jacques Ancet (auteur de nombreux recueils de poèmes, parus aux éditions Érès, Æncrages & Co, Lettres Vives, Caractères, l’Idée Bleue, Tarabuste, Arfuyen et quelques autres). Chacun d’eux est aussi traducteur d’écrivains espagnols et sud-américains. Deux générations d’écriture, un même engagement au service de la poésie.

___

________

samedi 20 mai 2017 à 16 h

David Dumortier

 

pour une lecture-spectacle destinée aux enfants

dans notre rayon jeunesse.

________

David Dumortier vient de publier, aux éditions Rue du Monde, 52 petits mensonges et autres vérités (illustré par Évelyne Mary). Il est l’auteur de plus de vingt livres, publiés principalement par Cheyne, Rue du Monde, Motus et le Dilettante.

___

________

samedi 20 mai 2017 à 18 h 30

Olivier Brun

fondateur et directeur des éditions LA DRAGONNE,

Édith Azam et Antoine Mouton

poètes

________

En présence d’Olivier Brun et de deux de ses auteurs, nous fêterons les vingt ans de LA DRAGONNE.

Les derniers livres d’Édith Azam, Caméra et On sait l’autre, sont parus aux éditions P.O.L. Elle a publié aux éditions la Dragonne, en 2013, Vous l’appellerez : Rivière (avec des peintures d’Elice Meng).

Antoine Mouton a récemment fait paraître Le Metteur en scène polonais (éditions Christian Bourgois) et Chômage monstre (éditions la Contre Allée). Il a publié aux éditions la Dragonne, en 2011, Où vont ceux qui s’en vont ?, mélange de récits, de contes et de poèmes, associant fragments et collages.

Dédicace Laurence Gillot

Dédicace Laurence Gillot

LAURENCE GILLOT

vient de réaliser, avec l’illustratrice Lucile Placin, un album-CD consacré à Vivaldi et à Arcimboldo. Pour le dédicacer, elle sera à l’Autre Rive

samedi 6 mai 2017     de 14 h 30 à 16 h 30.

 

Antonio, le clown violoniste, s’est blessé lors d’un spectacle. Alité dans sa roulotte, il continue d’aller de village en village et de ville en ville avec le cirque « Quatre-Saisons », tandis que ses amis, qui ressemblent aux créatures d’Arcimboldo et portent chacun le nom d’une saison, veillent sur sa convalescence.

 circus.jpg

 

Quatre-Saisons Circus paraît dans la collection Pont des Arts, coéditée par l’Élan Vert et le réseau Canopé. Le CD contient de larges extraits des Quatre Saisons de Vivaldi et la lecture de l’histoire par un comédien.

 

 

Laurence Gillot dédicacera aussi ses précédents albums, écrits pour différents illustrateurs : les aventures de Lulu-Grenadine (éditions Nathan, illustrations de Lucie Durbiano), celles de Tim, le petit vétérinaire (éditions Bayard, illustrations de Séverine Cordier), ainsi que ses albums parus aux éditions Milan : Albertus, l’ours du grand large  (illustré par Thibaut Rassat), et Miki, l’ours du Grand Nord  (illustré par Anne Hemstege).

La Tournée des Libraires / Soirée Henry David Thoreau

La Tournée des Libraires / Soirée Henry David Thoreau

En faisant votre tournée des libraires, arrêtez-vous à l’Autre Rive pour assister à un entretien avec

THIERRY GILLYBŒŒŒUF

thoreau-rowse.gif  gillyboeuf.jpg

samedi 25 mars 2017

à 18 h 30

 

 

 

Thierry Gillybœœuf, traducteur, nous présentera le nouveau volume du Journal d’Henry David Thoreau, jusqu’alors inédit en français, qu’il a publié aux éditions Finitude. Ce volume 4, qui couvre les années 1846-1850 de la vie de Thoreau, correspond à l’époque où fut écrit La Désobéissance civile.

 

Thierry Gillybœuf est aussi l’auteur de Henry David Thoreau : le célibataire de la nature (biographie parue aux éditions Fayard en 2012) ; et il a composé (pour les éditions du Sandre en 2009) un recueil de toutes les lettres qu’ont échangées Thoreau et Emerson : Henry David Thoreau & Ralph Waldo Emerson, Correspondance-Correspondence ; bilingue (édition établie, traduite, présentée et annotée par Thierry Gillybœuf – ce recueil n’ayant aucun équivalent dans les pays anglo-saxons). À côté de ses traductions d’auteurs anglais, américains et italiens, il se consacre, comme préfacier et comme essayiste, à l’œuvre de Georges Perros et à celle de Remy de Gourmont.

tournée.jpg

 

 

 

 

 

 

La Tournée des Libraires, c’est une série d’animations, de rencontres et de dédicaces qui se déroulent le même jour dans toutes les librairies de la ville.

Soirée POEMA à l'Autre Rive

Soirée POEMA à l'Autre Rive

Deux poètes et leur éditeur

L’ Autre Rive, partenaire du festival POEMA, accueille

 

A l a i n  B e r s e t

fondateur et directeur des éditions Héros-Limite,

 

Fabienne Raphoz  et  Bénédicte Vilgrain

poètes

________

vendredi 24 mars 2017  à  18 h 30

________

Alain Berset a créé les éditions Héros-Limite en 1994. Sises à Genève, elles publient de la poésie, des romans, des récits, des essais de géographes. Visitez leur site en suivant ce lien :

www.heros-limite.com/

 

Parallèlement à son œuvre de poète, Fabienne Raphoz dirige depuis 1996, aux côtés de Bertrand Fillaudeau, les éditions José Corti. Son dernier recueil de poèmes, Blanche Baleine, vient de paraître aux éditions Héros-Limite. Les observations, les perceptions et les sensations immédiates s’y lient à des fragments de notre savoir scientifique et encyclopédique sur la nature… en ce début de 21e siècle, où le « sentiment de la nature » ne peut plus être celui des débuts du Romantisme.

Bénédicte Vilgrain, elle aussi poète et éditrice, a fondé avec Bernard Rival, en 1984, les éditions Théâtre Typographique. La « Grammaire tibétaine » qu’elle est en train de composer, montage de préceptes grammaticaux, de proverbes et de contes, paraît depuis 2001 par épisodes chez différents éditeurs. Son chapitre 8, intitulé Ngà, est publié aux éditions Héros-Limite.

Héros-Limite.jpg

Rencontre avec Marie Treps

Rencontre avec Marie Treps

Marie Treps

mardi 7 mars 2017

à 18 h 30

 

… pour son nouveau livre : Maudits mots : la fabrique des insultes racistes, paru en janvier aux éditions TohuBohu.

Maudits mots fournit un inventaire détaillé des termes et des expressions produits, au cours de notre histoire, par la xénophobie ordinaire ou par le racisme exacerbé. Marie Treps dissèque les multiples insultes adressées aux Allemands, aux Arabes, aux Asiatiques, aux Espagnols, aux Italiens, aux Juifs, et à bien d’autres groupes ainsi réduits à l’état de stéréotypes, voire déshumanisés. En linguiste et en sémiologue, Marie Treps ausculte tout un lexique qui vise à dégrader, à stigmatiser, à outrager, qui est parfois naïf, faussement affectueux, ou qui se donne une apparence scientifique. L’analyse s’appuie sur des textes anciens et contemporains, dont beaucoup appartiennent à la littérature.

MAUDITS MOTS © TB.jpg

« Révélés au fil des événements qui ont fait notre histoire », écrit Marie Treps dans son introduction, « ces mots en portent la trace indélébile, et l’usage qui en est fait de nos jours semble suggérer que ce mal ancien court toujours et que les procédés utilisés pour exprimer la haine raciste ne changent guère. »

 

 

Après avoir participé à la rédaction du Trésor de la langue française, ce monument de la lexicographie réalisé par le C.N.R.S. de Nancy, Marie Treps a consacré plusieurs essais à notre langue : Le Dico des mots-caresses, en 1997 (éditions du Seuil) ; Les Mots voyageurs, en 2003, puis Les Mots migrateurs, en 2009 (chez le même éditeur) ; et, pour les enfants : Les Mots oiseaux, en 2007, et Lâche pas la patate ! en 2009 (parus l’un et l’autre aux éditions du Sorbier, accompagnés d’illustrations de Gwen Keraval). Récemment, Marie Treps a étudié les surnoms dont sont affublés nos personnalités politiques (La Rançon de la gloire, le Seuil, 2012), puis les préjugés et les locutions que les habitants des autres pays associent à la France et aux Français (Oh là là, ces Français !, paru aux éditions Vuibert, 2015).

Rencontre en Psychanalyse

Rencontre en Psychanalyse

L’École de Nancy pour la psychanalyse et

l’Autre Rive

reçoivent

CHRISTIAN FIERENS

psychanalyste, membre du Questionnement Psychanalytique et de l’Association freudienne de Belgique (ALI)

 

vendredi 3 février 2017 à 18 h 30

à propos de son livre

L’âme du narcissisme
(Presses universitaires du Midi, 2016)

 

Le terme de narcissisme, après avoir été affadi comme une catégorie psychologique ou une pathologie psychiatrique, est aujourd’hui largement médiatisé : les pervers narcissiques, après les manipulateurs, courent les magazines, sinon les rues. Or l’introduction du narcissisme par Freud ne relève aucunement d’une démarche diagnostique mais d’un remaniement de sa théorie de la libido, effectué à partir, notamment, de sa réflexion sur la créativité de Léonard de Vinci et sur le délire des grandeurs du président Schreber. Au delà des clichés, et avec la finesse qui le caractérise, Christian Fierens retrace les phases de ce remaniement, jusqu’à dégager l’âme du narcissisme, ce qui anime le narcissisme. Il nous éclaire ainsi sur les formes dégradées du narcissisme qui se proposent à la clinique contemporaine.

 

L’entretien sera mené par Norbert Bon et Philippe Pierre.

 

Christian Fierens est l’auteur de plusieurs livres : Lecture d’un discours qui ne serait pas du semblant : le Séminaire XVIII de Lacan (éditions EME, 2013) ; Le discours psychanalytique : une deuxième lecture de “L'étourdit” de Lacan (éditions Érès, 2012) ; La relance du phallus : le rêve, la cure, la psychanalyse (Érès, 2008) ; Comment penser la folie ? Essai pour une méthode (Érès, 2005) ; etc.

POEMA à l'Autre Rive

POEMA à l'Autre Rive

 

L’ Autre Rive, partenaire du festival POEMA, Écritures Poétiques d’Aujourd’hui, reçoit

RÉMI  CHECCHETTO

Rémi-Checchetto-©-Michel-Durigneux.gif

mardi 24 janvier 2017

à 18 h 30

________

Fils de mineur, Rémi Checchetto est né dans le Pays-Haut et y a longtemps vécu. Il est l’auteur de poèmes, de narrations inclassables mêlant prose et vers, et d’une dizaine de pièces de théâtre.

________

POEMA s’est associé à la Médiathèque de Meurthe-et-Moselle pour accueillir Rémi Checchetto en tant qu’écrivain en résidence dans notre département. Depuis décembre 2016 et jusqu’à la mi-avril 2017, Rémi Checchetto est présent quinze jours par mois en Meurthe-et-Moselle, afin de développer un projet d’écriture et de rencontrer les habitants.

Signature

Signature

Lefred Thouron et Diego Aranega

 

dédicaceront Le Canard enchaîné 100 ans, éd. Seuil

 Vendredi 2 Décembre 2016

A 18h30

Soirée poésie / Revu

Soirée poésie / Revu

 Rencontre avec les membres de la revue nancéienne REVU

 

"revue de poésie snob et élitiste"

 

Vendredi 25 novembre 2016 à 18h30

Présentation de la revue et lecture de poèmes par

 

Mathieu Olmedo

Théo Maurice

Franck Doyen

 

"Il nous faut...bâtir des ponts : rendre instruit par de vives précautions : la poésie est plus qu'une confection moderne, un terreau d'obédiences fantaisistes, courant de fantômes dansants, chaos tranché et périphérique. La poésie, dit Michel Deguy, comme l'amour risque tout sur des signes.

Ces signes, ils sont à nos pieds, scintillants.

Lieu du recentrement."

Rencontre avec Emmanuel Venet

Rencontre avec Emmanuel Venet

                        Mercredi 23 novembre à 18h30

                  Emmanuel Venet

                                                            pour son roman

                                Marcher droit, tourner en rond

                                                   (éditions Verdier, août 2016)

 

<< Je ne comprendrai jamais pourquoi, lors des cérémonies de funérailles, on essaie de nous faire croire qu'il y a une vie après la mort et que le défunt n'avait de sonvivant, que des qualités.>>

 

 

Ainsi débute le roman d'Emmanuel Venet, savoureux monologue intérieur d'un narrateur atteint d'un syndrome d'Asperger qui le contraint à une absolue franchise. Assistant aux funérailles de sa grand-mère, il est exaspéré par l'écart entre les propos elogieux de l'oraison funèbre et la réalité.

La sincérité à laquelle cet homme ne peut déroger sert d'ouvre-boîte de Pandore et permet de révéler au fil du roman les travers et secrets de familles enfouis, en même temps que les couches de mensonges dont ceux-ci ont été recouverts.

 

On avait déjà découvert chez Emmanuel Venet, psychiatre de profession, un art de l'humour tout en demie teinte, avec son premier roman Rien, publié chez Verdier en 2014. Sens de l'humour largement réemployé ici au service de l'histoire d'un homme ne cessant de buter sur les écueils de son idéal de transparence.

Rencontre

Rencontre

                         Mercredi 9 novembre 2016 à 18h30

               Michel Bernard

                                                          pour son roman

             Deux remords de Claude Monet

                                               (éditions de la Table Ronde, 2016)

Soirée Monologue du nous

Soirée Monologue du nous

                              Jeudi 13 octobre 2016 à 18h

                                Rencontre avec

             Bernard Noël et Charles Tordjman

 

Monologue du nous est un livre de Bernard Noël paru en 2015 aux éditions POL.

Porté au théâtre dans une adaptation de Charles Tordjman, Monologue du nous se joue à Lunéville, du 8 octobre au 16 octobre 2016, au Château des Lumières.

 

Rencontre avec Pete Fromm

Rencontre avec Pete Fromm

les rendez-vous de l’Autre Rive   -   les rendez-vous de l’Autre Rive

 

Jeudi 22 septembre 2016

 

à 18 h 30

 

PETE FROMM,

 

accompagné de MARIE-ANNE LACOMA, collaboratrice d’Oliver GALLMEISTER

 

 

à l’occasion de la parution de son dernier ouvrage :

 

Le Nom des étoiles

 

éditions Gallmeister

 

 

Confortablement installé avec les siens à Great Falls, une ville paisible du Montana, Pete Fromm a depuis longtemps troqué sa tenue de ranger contre celle de père de famille. Il pensait que ses expériences dans les espaces sauvages des États-Unis appartenaient définitivement au passé. Jusqu’à ce qu’on lui propose de s’installer un mois au cœur de la Bob Marshall Wilderness afin de surveiller la croissance d'œufs de poissons. Comment refuser pareille occasion de renouer avec ces grands espaces qui font partie intégrante de son être ? Plus de vingt ans après son séjour à Indian Creek, voici donc Pete Fromm au seuil d’une nouvelle aventure en solitaire.

 

Entre souvenirs d’enfance, anecdotes de ranger et confessions d’un père désireux de transmettre son amour de la nature à ses enfants, Pete Fromm confie avec une incroyable sincérité son parcours de vie et nous fait partager ses échappées dans les grands espaces américains.

 

 

Rencontre avec les Grecs et les Latins en compagnie de Pierre Judet de La Combe

Rencontre avec les Grecs et les Latins en compagnie de Pierre Judet de La Combe

En partenariat avec l’ Association lorraine des Professeurs de langues anciennes (ALPLA), l’Autre Rive vous invite à rencontrer

judetdelacombe.jpg

                                                       © Albin Michel

Pierre Judet de La Combe

vendredi 13 mai 2016

à  18 h 30

à l’occasion de la parution de L’avenir des Anciens (éditions Albin Michel).

La nouvelle réforme du collège a sonné le glas de l’enseignement du latin et du grec. Or, contrairement aux idées reçues, contrairement aux mots d’ordre idéologiques des modernistes libéraux (ou des modernistes « antibourgeois »), l’apprentissage d’une langue ancienne, en tant que vecteur de réalités culturelles mais aussi pour elle-même, en tant que système de signes et d’usages, comporte une vertu émancipatrice dont pouvaient bénéficier tous les élèves qui le choisissaient, même (et surtout ?) dans les zones d’éducation prioritaires et dans les campagnes les plus isolées.

C’est ce que démontre Pierre Judet de La Combe, en nous faisant partager des méthodes de traduction, une pédagogie, ainsi que des aperçus rafraîchissants sur Homère, sur Virgile, sur le théâtre tragique.

Au delà du plaidoyer en faveur des humanités classiques, Pierre Judet de La Combe nous initie à un authentique art de lire, qui s’adresse à tout esprit honnête et curieux. Pour aider l’humanité à ne pas désespérer d’elle-même, ne lâchons pas les humanités !

 

 

Pierre Judet de La Combe, helléniste, a publié des traductions d’Hésiode, d’Eschyle, d’Aristophane et d’Euripide. Il a publié en 2010, aux éditions Bayard, Les tragédies grecques sont-elles tragiques ?. Il a écrit avec Heinz Wismann L’avenir des langues : repenser les humanités (éditions du Cerf, 2004). Pierre Judet de La Combe est directeur d’études à l’EHESS et directeur de recherches au CNRS.

Rencontre avec Matthieu Renault à propos de C.L.R. JAMES

Rencontre avec Matthieu Renault à propos de C.L.R. JAMES

La librairie l'Autre Rive

vous invite à une rencontre avec

 Matthieu Renault

 

Vendredi 1er avril 2016 à 18h30

 Pour une discussion à propos des écrits et de la vie de C.L.R. James

 

C.L.R. James (1901-1989) vécut à Trinidad, en Angleterre et aux États-Unis, et participa aux principaux débats animant l’extrême gauche anglophone. Il côtoya des figures importantes, comme Léon Trotsky et mit en place une critique virulente de ce qu’il appelait « le capitalisme d’État » de l’URSS des années 1940. En près de cinquante ans, C.L.R. James a publié des dizaines de textes, qui ont exercé une influence notoire sur les processus de décolonisation des îles de la Caraïbe et de plusieurs pays africains comme le Ghana et la Tanzanie. Ses prises de paroles ont influencé de manière déterminante les mouvements du Black Power aux États-Unis.

Pourtant, ce personnage majeur du XXè siècle anglophone est en France une figure quasi inconnue. L’essai de Matthieu Renault (C.L.R. James, éditions La Découverte) vient mettre un terme à cette situation. Plutôt que de faire le choix d’une simple biographie, l’auteur dresse une réflexion sur la construction de la pensée et ses articulations entre éducation européenne et identité caribéenne, entre littérature et engagement politique, entre histoire universelle et histoire depuis les marges.

En janvier 2016, les éditions Ypsilon publient un texte de James (première parution 1953), dont Matthieu Renault signe la postface : Marins, renégats et autres parias, une étude originale du Moby Dick d’Herman Melville.

Toute sa vie, James fut divisé entre son engagement dans les luttes contre l’impérialisme britannique et sa vision européenne du combat politique et des débats intellectuels. « C’est dans la philosophie et la littérature de l’Europe de l’Ouest, écrira-t-il, que s’enracine ma compréhension du monde ».

 

Matthieu Renault est maître de conférence en philosophie à l’université de Paris-8 Vincennes-Saint-Denis. Il est l’auteur de Franz Fanon : de l’anticolonialisme à la critique postcoloniale (Amsterdam, 2011) et de L’Amérique de John Locke : l’expansion coloniale de la philosophie européenne (Amsterdam, 2014).

 

 

Librairie l'Autre Rive   19, rue du Pont-Mouja  54 000 Nancy        03 83 30 63 29

Nos horaires :  lundi 14h-19h  et  mardi-samedi 10h-19h

librairie-lautrerive.com

 

 

Rencontre avec Bernard Noël et François Heusbourg

Rencontre avec Bernard Noël et François Heusbourg

L’ Autre Rive, partenaire

du festival POEMA, Écritures Poétiques d’Aujourd’hui, accueille

 

B e r n a r d  N o ë l

et

François Heusbourg

________ 

mercredi 9 mars 2016

à 18 h 30

________ 

Lecture de poèmes par Bernard Noël,

puis présentation par François Heusbourg des  éditions Unes,  qu’il dirige depuis 2013.

François Heusbourg est poète et traducteur de poésie.

Les éditions Unes, fondées en 1981, possèdent un catalogue exceptionnel dans le domaine de la poésie française et étrangère. 

Rencontre avec Jean-Pierre Siméon à propos de son ouvrage, La poésie sauvera le monde,  ...

Rencontre avec Jean-Pierre Siméon à propos de son ouvrage, La poésie sauvera le monde, ...

RENCONTRE

 

 Jean-Pierre SIMEON, La Poésie sauvera le monde, éd. Le Passeur.

 

LUNDI 22 FEVRIER

à 18h30

Depuis les temps immémoriaux, dans toutes les civilisations, dans toutes les cultures, orales ou écrites, il y eut des poètes au sein de la cité. Ils ont toujours fait entendre le diapason de la conscience humaine
rendue à sa liberté insolvable, à son audace, à son exigence la plus haute. Quand on n’entend plus ce diapason, c’est bien la cacophonie qui règne, intellectuelle, spirituelle et morale : le symptôme d’un abandon, d’une lâcheté et, bientôt, d’une défaite.

Pour Jean-Pierre Siméon, il est urgent de restituer à notre monde sans boussole la parole des poètes, rebelle à tous les ordres établis. Pas de malentendu : si la poésie n’est pas la panacée, si elle n’offre pas de solutions immédiates, elle n’en est pas moins indispensable, d’urgente nécessité même, parce que chaque poème est l’occasion, pour tous sans exception, de sortir du carcan des conformismes et consensus en tous genres, d’avoir accès à une langue insoumise qui libère les représentations du réel, bref de trouver les voies d’une insurrection de la conscience.

Rencontre avec Michèle Audin, Mademoiselle Haas, édition l'arbalète gallimard.

Rencontre avec Michèle Audin, Mademoiselle Haas, édition l'arbalète gallimard.

 

Rencontre

 

avec Michèle Audin,

Mademoiselle Haas, édition l'arbalète gallimard.

 

MERCREDI 24 FEVRIER

à 18h30

Elles ont vingt ans, ou trente, ou un peu plus, en 1934 et un peu après. Elles s'appellent Mademoiselle Haas. Elles sont bibliothécaire, concierge, cuisinière, coiffeuse, première main flou, fraiseuse, infirmière, écrivaine, femme de chambre, institutrice, journaliste, femme de ménage, chef de travaux, ouvrière métallurgiste, libraire, pianiste, physicienne, ourdisseuse, sage-femme, vendeuse... Elles travaillent. Presque toutes avec leurs mains – mains de sage-femme, mains d'ouvrière, mains de pianiste. Elles sont auxiliaires, adjointes, temporaires, mademoiselles. Elles rêvent. Elles vivent, dans la joie et dans la peine, une histoire qui, au fil des ans, s'emplit de bruit et de terreur.
Elles sont invisibles. Ignorées des livres d'histoire. Oubliées. Omises, plutôt.

Michèle Audin a cherché leurs traces et réussi à reconstituer quelques heures de leur vie. Mises bout à bout, elles racontent leur présent, leur histoire, la sienne, la nôtre.